Soutenez le PS

Adhérez au PS

Voter François Hollande dimanche prochain c’est dire oui à la République !

 

François Hollande est arrivé, le 22 avril, en tête des suffrages du premier tour de la présidentielle en France et plus particulièrement dans la 7eme circonscription des Français de l’étranger avec  31% des voix.  Pour tous les électeurs de notre circonscription qui ont déjà fait le choix de François Hollande lors du premier tour, et nous les remercions pour cela, je pense que la campagne de l’entre deux-tours leur a donné matière à renforcer leur choix. Non seulement la constance et la cohérence du programme de notre candidat mais aussi sa pugnacité et son assurance lors du débat de mercredi ont confirmé ce que nous savions déjà de ses qualités présidentielles.

Francois Hollande a aussi reçu très rapidement le soutien d’Eva Joly et de Jean-Luc Mélenchon et tout dernièrement celui de François Bayrou, continuant ainsi sa démarche de rassemblement républicain autour des valeurs de solidarité, de justice et d’humanisme chères à tous ces courants politiques qui refusent la dérive initiée, il y a dix ans, dans notre pays par le candidat sortant alors ministre de l’intérieur et renforcée, ces 5 dernières années, sous sa présidence.

En effet, dans le même entre deux-tours, le candidat sortant, acculé à son bilan désastreux, n’a entrevu comme moyen de s’en sortir que d’aller indignement pêcher les voix de ceux qui par mécontentement mais aussi par conviction ont voté pour l’extrême droite au premier tour. Je dis ici « indignement » car j’étais en France ce week-end et j’ai été sidéré par un clip officiel de la campagne de Sarkozy où apparaissaient de manière presque subliminale des images associant les problèmes de la France avec les immigrés, images dont l’une, un panneau de douane écrit en Français et en Arabe, était supposée illustrer la nécessité de rétablir des frontières. Cette image m’a profondément choqué car non seulement elle joue clairement avec la peur de l’étranger mais, une fois de plus, stigmatise un groupe particulier d’étrangers qui ont été montrés du doigt pendant toute cette campagne par l’extrême droite.

Que ce genre d’associations d’images et d’amalgames viennent de quelqu’un qui s’appelle Lepen et « a reçu la haine en héritage » pour reprendre un propos d’Eva Joly ne surprend plus personne. Que ce genre d’amalgames viennent d’un président de la république encore en fonction est tout simplement honteux pour notre pays tout entier et pour toutes les valeurs humanistes que la France représente de par le monde. Et comme le rappelle justement Eva Joly dans sa lettre de soutien à François Hollande pour le second tour, il faut « dénoncer les apprentis sorciers de l’identité nationale, qui à force de discours de division et de haine ont permis à l’extrême-droite de faire son plus haut score dans une élection présidentielle ».

Francois Bayrou fait par ailleurs un constat similaire de cette dérive lorsqu’il explique, de la sorte,  son choix de voter Francois Hollande au second tour:  ayant « examiné, depuis deux semaines, l’évolution du second tour de l’élection présidentielle », il y a vu un Nicolas Sarkozy qui « s’est livré à une course-poursuite à l’extrême droite », avec une « obsession de l’immigration » et une « obsession des frontières ». D’où sa conclusion  «Je ne veux pas voter blanc, ce serait de l’indécision. Reste le vote pour François Hollande. C’est le choix que je fais ». Ce choix est honorable car il montre la cohérence du centriste qui, en dépit de ses divergences avec notre programme sur les solutions économiques que l’on peut apporter à la crise pour redresser économiquement et financièrement notre pays,  sait que les fondamentaux de la société française, nos valeurs démocratiques et républicaines, n’ont pas le droit d’être sacrifiées dans un but électoraliste.

Le candidat sortant voulait un débat sur les valeurs : celles que voulait nous imposer ce candidat, ces valeurs trop proches de l’extrême droite, ont été rejetées non seulement par les diverses sensibilités de la gauche  mais aussi par les centristes, les gaullistes sociaux, les démocrates et les humanistes comme le montre cet appel vibrant d’élus du centre à voter François Hollande pour rétablir la dignité de notre république. « Faisant ouvertement sienne une partie des thèses de l’extrême droite et surjouant une posture de « candidat du peuple » contre les élites en contradiction totale avec la politique fiscale injuste menée depuis 5 ans, le candidat de l’UMP transforme le deuxième tour de l’élection présidentielle non pas en une confrontation entre gauche et droite, mais en un choix « valeurs contre valeurs » »

Dimanche prochain le choix est donc clair : Toutes celles et tous ceux qui sont attachés aux valeurs de la république pourront se rassembler autour de la candidature de François Hollande, qui porte désormais non seulement les couleurs de la gauche et des écologistes mais aussi les espoirs de ceux qui pensent que la France n’est forte que si elle est unie, solidaire, fraternelle et juste. Que la France n’est forte que si on ne cherche pas à distinguer entre les « vrais » français et les « faux » français, entre les « vrais » travailleurs et les « faux » travailleurs. Que la France n’est forte que si elle reste ouverte au monde et se rappelle son héritage humaniste respectueux des êtres humains et de la planète.

Donc le 6 mai faites un choix de société, faites en sorte que les mots liberté, égalité et fraternité aient encore un sens dans le pays qui a, jadis, initié le mouvement des Lumières, faites en sorte que la France retrouve le chemin de la solidarité, de la justice et du développement durable.

Le 6 mai, votons pour le changement, pour le rassemblement !

Le 6 mai, votons pour François Hollande !

Octave Procope

Secrétaire de Section – PS Francfort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.