Soutenez le PS

Adhérez au PS

Petite chronique d’un bureau de vote parmi tant d’autres…

Afflux de résultats, de commentaires. Bien sûr, il y a les contents et les déçus, les frustrés et les va-t-en guerres.

Je  voudrais rester encore quelques heures dans ce climat du bureau de vote de Francfort qui, je l’espère, est à l’image de tous les autres. Discussion, échange et convivialité. Simple participante au vote mais aussi membre du bureau de vote, j’ai ramassé quelques impressions que je voudrais vous faire partager.

Tout d’abord, il y a eu cette famille venue voter. La fille nouvellement majeure, bi-nationale fréquentait un bureau de vote pour la première fois – Gestes malhabiles, recherche d’un soutien, explications de la mère. Premiers pas de danse, premiers pas dans le monde citoyen. C’est aussi cela l’éducation, la responsabilité de parent.

Et puis, il a eu cette électrice qui, une fois qu’elle a eu voté, a sorti de son sac un Kougloff. Un signe, une marque d’attention pour l’engagement de l’équipe mais aussi l’expression de ce que représentait cette élection.

Il y a eu l’épreuve du dépouillement. Les mots feutrés dans le public, les supporters qui, peu à peu se manifestent, puis le silence au fur et à mesure qu’avance le dépouillement jusqu’à l’attention palpable qui se porte sur les lèvres du scrutateur lorsqu’il s’apprête à lire le nom inscrit sur ce petit morceau de papier blanc.

Ce fut cela et toutes ces impressions qui pourraient faire le journal des primaires. Pari audacieux, pari gagné. Les Français sont-ils vraiment des veaux? Ou bien ont-ils simplement besoin que les politiques provoquent leur responsabilité de citoyen?

Au fait comment faut-il comptabiliser un kougloff dans la comptabilité électorale?

Allez, à bientôt  pour une nouvelle campagne!

par Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.